image_pdfTélécharger cet articleimage_printImprimer cet article

Un film inspiré du roman [1][2] de l’écrivain argentin Manuel Puig fut candidat à l’Oscar au meilleur film étranger : Le baiser de la femme araignée [3].

L’histoire raconte la relation, dans la même cellule d’une prison argentine des années de dictature, entre Valentin, un militant de gauche, régulièrement torturé par ses geôliers, et Molina, un homosexuel. Le militant de gauche montre la même attitude que beaucoup de ses compatriotes argentins de l’époque à l’égard de l’homosexualité : rejet, préjugés, dévalorisation.

Malgré cette attitude, Molina prend soin de Valentin après les séances de torture, il le console, le soigne et l’accompagne en lui racontant un film hollywoodien des années quarante : l’héroïne est une femme « qui se sacrifie » par amour. En fait, Molina rêve d’être une femme : « puisque les femmes sont ceux qu’il y a de mieux, moi, je veux être une femme ».

Progressivement, Valentin reconnait Molina comme une personne à qui il peut parler et qui prends soin de lui. En réalité, Molina avait été chargé par le directeur de la prison d’obtenir des informations sur les activités et les relations de Valentin pour obtenir une sortie de prison. Or, un lien affectif va peu à peu se créer entre les deux hommes dans le milieu carcéral. La femme araignée, incarnée par Sonia Braga, représente le fantasme de séduction qui s’installe entre les deux hommes.

Valentin confie à Molina une mission à sa sortie de prison : avertir ses compagnons militants des risques encourus et leur avertir de quitter le pays. L’identification aux héroïnes féminines qui se sacrifient par amour pousse Molina vers le dénouement dramatique final lors de sa sortie de prison.

Qui a écrit cette célèbre histoire ?

Manuel Puig fut un écrivain argentin dont les romans parurent à une époque où l’Argentine ne pouvait pas les lire : après le coup d’état militaire de 1976 tous ses livres furent interdits de vente et d’édition. Il devint toutefois célèbre grâce au film dans lequel John Hurt interpréta le rôle de Molina et pour lequel il obtint le prix du meilleur acteur aux Oscars et au festival de Cannes.

La liberté prise par Puig pour aborder l’homosexualité n’était pas étrangère à la censure de son œuvre. Le personnage de Molina questionne les semblants de virilité et présente un homme qui reconnait ses affects et qui a beaucoup à apprendre des femmes.

Manuel Puig montra les rapports entre deux hommes sous la toile imaginaire de la femme araignée : un sujet impensable dans l’Argentine en 1976.

Parti en 1975, menacé par la Triple A, Manuel Puig ne retournera jamais en Argentine. Il mourra en 1990, au Mexique, à 58 ans.

[1] Puig M., El beso de la mujer araña, Barcelone, Seix Barral, 1976.

[2] Puig M., Le baiser de la femme araignée, Points Ed., 2012.

[3] Le baiser de la femme araignée, film d’Hector Babenco, 1985.